Logo de ce site

Navigation rapide

Accueil > Biosynergie > Héliades > Héliades N°11 > Les cures

Les cures

lundi 30 avril 2007

On en retrouve l’usage dans toutes les civilisations et dans toutes les couches de la société.
HIPPOCRATE fut le premier à les structurer comme mode de guérison. Pourquoi les cures ? Pour qui ? Quand et comment les pratiquer ?

POURQUOI ET POUR QUI ?

À cause de l’empoisonnement lent et régulier auquel notre organisme est soumis. La vie nous impose un rythme rapide pour produire, connaître et jouir de tout ce qu’elle propose.

La compétition exerce sur nous une formidable pression qui va nous pousser à faire usage de stimulants, voire d’excitants pour être dans le peloton de tête :
les études scolaires et les diplômes
le travail et la concurrence
les conditions de travail
l’argent et la promotion
l’Amour, les émotions, la sexualité
la pression de la publicité qui nous incite à consommer de plus en plus (créant des besoins artificiels) : voir, lire, voyager, élever notre standing à n’importe quel prix (même à crédit !)

Tout cela nous conduit à nous doper :
avec café, tabac, thé, alcool, sucre, alimentation riche et excitante... qui vont lentement mais sûrement nous empoisonner, altérer nos réserves de vitalité profonde, affaiblir notre système nerveux et nous faire connaître les misères de la maladie.

Je ne crois pas qu’il s’agisse là d’un tableau exagérément pessimiste (presque tout le monde passe par ce stade de dépense et d’inflation, de surexcitation et de dépression).

QUE SE PASSE-T-IL ALORS ?

Bien que notre organisme soit remarquablement défendu par notre système immunologique parfait et un système d’auto-nettoyage et d’auto-réparation tout à fait au point, l’élimination des déchets et résidus du métabolisme se ralentit.

Des colles et des cristaux se fixent dans les tissus, formant des vernis, des croûtes ou des calculs. Une autre partie de ces déchets circule dans les liquides humoraux - sang, lymphe, sérum intracellulaire -, les sature, les intoxique.

Ces substances inertes annulent le mouvement oscillatoire des cellules voisines, les affaiblissent et les font mourir à leur tour.
Arrivé à ce stade d’intoxication, il ne reste qu’une solution : NETTOYER.

La désintoxication consistera à reposer le mental et le système nerveux. Quand le sommeil, véritable miracle quotidien pour se nettoyer et régénérer, ne suffit plus, il faut passer à un stade plus long et plus complet pour nettoyer en profondeur notre organisme. Comme nous n’acceptons pas ou plus les méthodes médicamenteuses, nous allons utiliser le merveilleux pouvoir curatif des cures. Pouvoir très réel et inoffensif.
Voici donc la réponse à la question « pourquoi et pour qui les cures ».

QU’EST-CE QU’UNE CURE ?

C’est de s’abstenir d’aliments et d’actions qui pourraient augmenter l’état de fatigue et l’intoxication générale.
C’est un moment privilégié pour faire l’état de son compte-santé.
En dehors de la cure de repos (calme,grand air, moments de relaxation, de méditation), c’est surtout par la cure alimentaire que nous allons agir.

Il y a plusieurs modèles de cures :
1/ la cure proprement dite
qui consiste à arrêter ses activités, s’isoler, respirer profondément et consciemment, et ne consommer que des aliments hypotoxiques, c’est-à-dire exclusivement et sans limitation de quantité des fruits et légumes de saison, crus et cuits ;supprimer toute consommation de tabac, alcool, thé et café ; essayer de penser à presque rien, ne pas lire, parler le moins possible.

2/ les monodiètes se distinguent par l’absorption exclusive d’un seul type d’aliment, fruits ou légumes ou céréales.

Les cures et mono diètes se pratiquent :
- soit 1 à 2 jours par semaine,
- soit 7 à 10 ou 15 jours de suite (aux changements de saison),
- soit 1 à 2 jours par semaine pendant toute l’année.

Il est nécessaire d’adapter les cures avec :
son degré d’intoxication, son âge, sa vitalité, le temps dont on dispose, la saison,ses goûts personnels.

Il y a un grand choix de cures et monodiètes :
- cure de riz complet exclusif (régime N.7 macrobiotique)
- cure de riz complet ou autre céréale (80%) et légumineuses et légumes (20%)
- gel de froment
- de fruits (raisin, pommes, pêches)
- de jus de fruits et légumes
- de bouillon avec légumes
- lacto-fruitarien
- cure thermale complétée par cure végétale
- cure blanche et verte (lait caillé et légumes).

Les cures de raisin, céréales, gel de froment, lacto-fructarienne peuvent durer au moins 10 jours, maximum 15 jours.

Les cures de pommes, pêches, cerises, poires, jus de fruits et légumes peuvent durer de 2 à 4 jours.

D’AUTRES CURES

- La cure de Fletcher. Mastication.
- 2 repas par jour
- 3 aliments par repas (pain, protéines, salade ou légumes, fruits, fromage)
régime alterné
LUNDI : légumes-œufs
MARDI : fruits - légumes
MERCREDI : céréales - légumineuses - légumes
JEUDI : légumes
VENDREDI : poisson - légumes - salade
SAMEDI : fruits crus et cuits
DIMANCHE : la fête.
- la cure Cornaro : réduire la ration alimentaire à 500 ou 1 000 par jour.

Ces cures peuvent se pratiquer quand on veut et autant de temps qu’on veut.

Et puis toutes les cures qui sont complémentaires à celles-ci, qui peuvent se pratiquer aussi souvent que possible :
cure d’air, de soleil, de dépaysement, de poésie, de solitude, d’amour, de repos, d’efforts, de volupté, de jeunesse, de jeûne, de silence.

COMMENT AGISSENT CES CURES ?
QUEL EST LEUR MOOE D’EMPLOI ?

Elles agissent en redynamisant la fonction d’élimination (autolytique) du corps.

L’absence d’absorption de substances toxiques ou d’aliments difficilement transformables repose l’organisme et permet d’éliminer le passif (déchets incrustés ou circulant dans l’organisme).

Elles permettent de nettoyer et de réparer les muqueuses irritées (entérocolites), d’éliminer les colles et cristaux qui encombrent les systèmes nerveux et glandulaire, les articulations ou tissus conjonctifs (rhumatismes, cellulite).

Lorsque le terrain n’est pas trop endommagé, la sensation de mieux-être apparaît au bout de 2 ou 3 jours. Quand le terrain est très encrassé, ces 2-3 premiers jours risquent d’être pénibles (migraines, nausées, douleurs articulaires, lourdeur dans les jambes, palpitations, mauvaise haleine). Du fait de l’expulsion et de la concentration des déchets dans le flux sanguin,il se produit comme une surintoxication mais ces phénomènes désagréables ne durent pas (surtout si l’on respire bien, se relaxe, boit de l’eau pure en alternant des exercices doux à des moments de repos).

L’après-cure procure un rajeunissement et une joie de vivre extraordinaire, un dynamisme et un calme accrus. Les tissus étant plus propres, ainsi que le milieu humoral, les douleurs articulaires, les stases veineuses, les fatigues et tous handicaps fonctionnels disparaissent progressivement.

Ces cures sont aussi une expérience exceptionnelle pour mieux se connaître, réfléchir à ses motivations profondes et nos moyens personnels et authentiques pour les réaliser.

Claude BARREAU

Messages