Logo de ce site

Accueil > Biosynergie > Héliades > Héliades N°13 > BIOSYNERGIE ET ENERGETIQUE CHINOISE

BIOSYNERGIE ET ENERGETIQUE CHINOISE

lundi 9 juillet 2007

Dans l’étude précédente (Héliades N. 10), nous nous sommes attachés à exposer la dynamique du INN et du YANG, sous-jacente à « l’intelligence » des hexagrammes et du YI KING. C’est ce système binaire qui séduisait déjà LEIBNITZ au XVIIème siècle ; il retrouvait dans le INN et le YANG un principe similaire à sa numérotation fondée sur l’usage exclusif des deux chiffres : le 0 et le 1. Ce code étant finalement devenu le premier langage informatique.

Mais si nous voulons véritablement utiliser le YI KING, il nous faut découvrir plus en détail les éléments de sa trame en même temps que les bases de l’Énergétique chinoise. (1)

NAISSANCE D’UN SYSTEME ÉNERGÉTIQUE

Le Tao, vacuité, unité ne peut se manifester que par un acte primordial de volonté. Les deux énergies (Inn et Yang) ainsi engendrées emportent avec elles les aspects mémoire, connaissance et amour de cette même unité.

Le concept de l’essence unique de ces trois principes se retrouve comme le lieu commun de toutes les grandes traditions :

- C’est le Père, le Fils et le St Esprit de la pensée Judéo-Chrétienne.
- C’est aussi le Triple-en-un, Existence, Conscience-Béatitude suprêmes des Indiens (Sachchidananda), en qui n’est nulle distinction séparatrice et qui constitue les trois registres supérieurs Sat (existence) - Chit (conscience) et Ananda (béatitude). (2)
- N’est-ce pas encore les trois royaumes de Merlin ?
« Pleins de fruits d’or, de fleurs brillantes, de petits enfants qui rient. » de la cosmogonie celte. (3)

Pour la transcription et l’étude du jeu des énergies naissant de cette première polarisation, nous reprendrons le « code » défini par J. PIALOUX. Nous donnerons ainsi les valeurs radicales.

Entre Terre et Ciel (T1 et A1) nous savons que la deuxième « polarisation » (Cf. Héliades N. 10) spécifie quatre nouvelles énergies :

Nous donnons une qualité particulière à ces deux énergies nouvelles :
G – Énergie génétique de reproduction fidèle, conforme ;
C - Énergie comburante de combustion et d’élimination.

Nous reviendrons bientôt sur le pourquoi de ces attributions ; pour le moment nous remarquons que nous sommes en présence d’une codification particulière nous permettant, par la pensée analogique, de donner une « valeur », une « orientation énergétique » à un certain nombre de systèmes bien connus.

Cette suite symbolise, en quelque sorte, le cheminement d’un maximum d’« ombre », de ténèbre (ignorance) ( - - ) vers un maximum de « lumière » (connaissance) ( - ), ce que les Chinois illustraient en plaçant dans leur cosmographie le Nord en bas et le Sud en haut :


Minuit - Aube - Midi – Crépuscule
Hiver - Printemps - Été - Automne.

Cette seconde circulation évoque une autre logique des polarisations que celle notée Figure 2. En effet, dans cette suite T2 donne C et A2 donne G (Figure 3).
Dans l’orientation des huit trigrammes selon l’empereur mythique FOU HI, le Nord ou K’ouen (la terre, le réceptif) est en bas. Voir figure 6.

Nous remarquons également que T2 est le maximum de Inn alors que C est le minimum de Inn (un trait Inn en position supérieure indiquant que le Inn « s’évapore »). De la même façon, A2 est le maximum de Yang alors que G est le minimum de Yang.
Ainsi T2 et C sont la polarisation de l’énergie Inn T1.
A2 et G étant la polarisation de l’énergie Yang A1.
(Figure 4)

(Figure 4)

Nous pouvons dès lors mieux appréhender ces deux nouvelles énergies C et G ; en effet :

L’énergie génétique G est en secteur T1 (Figure 2), mémoire-connaissance, mais procède par polarisation de A1 amour-création (Figure 4).
G est donc une énergie dont l’objet est de mémoriser en même temps que de créer ou reproduire (procréer). Ces qualités définissent bien le rôle de l’énergie génétique devant assurer la fidélité et la stabilité de la création reproduite, en même temps que sa croissance et son épanouissement.

L’énergie comburante C (=) est en secteur Al (Figure 2), amour (qualité « solaire » purificatrice), mais procède par polarisation de Tl (Figure 4).
L’énergie Inn de croissance de T1 est ici assurée par la combustion progressive et constante des déchets. C est donc une énergie de combustion purificatrice, d’élimination.

Selon le principe de polarisation que nous connaissons, ce sont maintenant 8 nouvelles énergies qui sont générées, soit :


Ces 8 forces secondaires sont engendrées par les 4 énergies fondamentales entraînant un mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d’une montre : le Nord s’est décalé vers l’Est, de T2 en T’. L’Est s’est décalé vers le Sud, de C en C", etc...


Notes :
1) Ce décalage vers l’Est se répercute dans la construction du Yi King.
2) Chaque hexagramme pourra ainsi être « lu » en fonction des monogrammes, des bigrammes au des trigrammes superposés.

A ce stade de notre étude, il est utile de rechercher quel espace « réel », en trois dimensions, pourrait bien inclure cet ensemble.

La construction la plus simple qui s’impose à nous est l’octaèdre, la double pyramide à base quatre est aussi une des formes les plus courantes de la cristallisation du carbone, base et support de la vie. En effet, comme a su le découvrir et le démontrer Jacques Pialoux, l’octaèdre symbolise l’espace le plus simple dans lequel peut s’appréhender le jeu des énergies dans l’homme et dans l’Univers.

On comprendra, dès lors, le sens de notre présente étude. Mettre directement en parallèle, d’une part cette clé octaédrique avec le Yi King, d’autre part les hexagrammes ainsi déterminés, véritable « Échelle de Jacob », avec les connaissances actuelles les mieux synthétisées en matière de psychologie positive et de relaxation.
L’OCTAEDRE
une trame dynamique, une clé pour la lecture du Yi King

Traditionnellement l’espace, au Tibet, est toujours considéré selon les six points cardinaux. En effet, comme nous l’avons déjà remarqué, la première polarisation peut s’interpréter comme la spécification primordiale de la manifestation Terre-Ciel, ou Nadir-Zénith dans l’espace. Entre ces deux pôles opposés et complémentaires, nous trouvons les énergies de la deuxième polarisation, ou les quatre orients ; ce seront ainsi six points, à partir du centre T qui délimiteront l’espace primordial (Figure 7).


Bien entendu, simultanément et en accord avec les axes ainsi définis ( Tl - Al - T2 - A2 - G - C ), la « charpente » s’étoffe

a) de 3 plans qui focalisent l’ensemble des énergies précédemment mises en place ainsi que celles à venir (Figure 8) :


Remarques :
Il devient évident que l’octaèdre est une clé précieuse pour la lecture des hexagrammes composant le Yi King.

Sur la figure 7 se dessinent les 6 orientations fondamentales. Nous pouvons les lire selon ce qu’if est convenu d’appeler « un ordre hiérarchique de l’ombre vers la lumière ». L’ombre ou l’ignorance incarnée par le Nadir (- -) « aspire » à la lumière ou connaissance, incarnée par le Zénith ( - ) entre les deux pôles opposés ; le cheminement se fait symboliquement selon la logique suivante (voir précédemment la suite T2 G C A2).

T T1 T2 G C A2 A1 T
Centre Nadir Nord Ouest Est Sud Zénith Centre

A partir de ces 6 points, les 8 facettes de l’octaèdre, ou les 8 trigrammes, ou encore les 8 forces qui leur correspondent (voir l’introduction au Yi King) engendrent par leurs relations mutuelles les 64 possibilités (8 x 8) de « manifestation » ou les 64 hexagrammes. Le Yi King ainsi construit conservera intrinsèquement par 6 de ses hexagrammes les 6 orientations spatiales du Diamant octaédrique.

Ainsi, en mariant le sens de lecture (T1 T2 G C A2 A1) à l’interprétation des hexagrammes selon leur composition par deux des 8 forces primordiales, ou trigrammes, il est possible de découvrir, au travers des commentaires du Livre, une « poétique » qui image effectivement, et avec une richesse surprenante, cette évolution de la conscience de son Nadir à son Zénith. C’est à partir de cette constatation que nous effectuerons la « Radiographie du traitement de Biosynergie ».

Patrice LAURENT
à suivre...