Logo de ce site

Accueil > Biosynergie > Héliades > Héliades N°23 > LA PEUR DE MOURIR ET LA PEUR DE VIVRE

Editorial

LA PEUR DE MOURIR ET LA PEUR DE VIVRE

lundi 10 décembre 2012

« Rien n’est à craindre
comme la crainte »
Roosevelt.

La peur de la mort a toujours hanté l’esprit de l’homme et continuera sans doute à l’influencer encore pendant de nombreuses générations.

Les religions depuis fort longtemps ont tenu compte de ce problème qui se pose à chacun et les différentes « ouvertures » au delà de la mort - vers de nouvelles incarnations - ou d’autres lieux tels que l’enfer et le paradis, ont eu pour but de créer l’espérance, l’espérance étant une vertu théologale, plus forte que le simple espoir.

S’il est facile de comprendre l’importance de la peur de mourir, la peur de vivre par contre étonne davantage, pour ne pas dire qu’elle semble tout à fait incompréhensible.

Comment ne pas apprécier en effet le merveilleux fonction­nement de notre ETRE, tant au plan physique que psychique ?

Comment ne pas être constamment surpris par le prodigieux agencement de l’univers, par les mouvements de la nature et le renouvellement de la vie à travers les différents cycles dont nous sommes, semble-t-il, de plus en plus conscients.

Comment ne pas rester songeur devant la prodigieuse capacité de l’esprit humain à inventer, à découvrir, à créer !!

Et pourtant, face à ces innombrables ressources person­nelles et universelles, nous éprouvons trop souvent le besoin de nous plaindre, de dire que la vie est mal faite, qu’il existe de nom­breuses injustices...

En Occident, nos plaintes sont totalement indécentes face au dénuement réel de millions de personnes du Tiers-Monde.

Mais le refus de la vie s’exprime de mille et une manières.
La psychanalyse l’a signalé d’une façon précise à travers les mécanismes de défense : ces moyens qui nous ont permis de survivre au moment de l’enfance, qu’il faut remercier aux deux sens du terme :
- remercier pour leur utilité dans le passé,
- et remercier (c’est-à-dire renvoyer) pour laisser à la personne la possibilité d’exister davantage.

Mais il existe encore d’autres peurs . . . comme celle d’exprimer ses sentiments, de demander ou de donner des signes de reconnaissance positifs (au sens de l’Analyse Transactionnelle).

Aux yeux des générations précédentes régies par des systèmes de convention très rigides dont l’utilité était plus que dou­teuse tant elles portaient d’exagération dans leur formulation, le fait d’exprimer ses sentiments était inconcevable. Et pourtant, les mots d’amour, de bonté, étaient constamment évoqués.

Cette incohérence ne peut plus exister aujourd’hui !
Comment peut-on parler de la vie de l’âme et de spiritualité si les besoins affectifs et psychologiques ne sont pas satisfaits ?
A ce propos, nous voudrions féliciter tout particulièrement des chercheurs tels que le docteur HAMER qui a mis au point une méthode de diagnostic étonnante au moyen du scanner. Ce médecin, grâce à de nombreuses expériences, a établi des corrélations évidentes entre des traumatismes affectifs et certaines lésions du cerveau et du corps.
Citons quelques cas présentés par le docteur HAMER :
- licenciement dans des conditions humiliantes,
- peur de rester estropié après un accident d’auto,
- avortement à contre coeur.

Éviter ces traumatismes, c’est faire particulièrement oeuvre utile, mais cela suppose d’installer des mesures préventives et éducatives s’appuyant sur des connaissances élargies de la psychologie.

Ces connaissances existent déjà et la Biosynergie, avec tous ses apports, compte parmi les réponses crédibles. S’y ajouteront, dans le cadre d’ISTOR et de la post-formation, des éclairages puissants en mesure de donner à la vie une plénitude en rapport avec une dimension humaine beaucoup plus vaste que celle que nous avons pu imaginer jusqu’à ce jour.

Vivre, et surtout vivre pleinement est un droit et un devoir : un devoir bien agréable somme toute, qu’il nous reste à découvrir en ce début d’ère nouvelle.

Yves ROPARS.

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?