Logo de ce site

Accueil > Biosynergie > Héliades > Héliades N°24 > CES CYCLES QUI NOUS GOUVERNENT.

Editorial

CES CYCLES QUI NOUS GOUVERNENT.

lundi 10 décembre 2012

L’étude de l’énergétique chinoise et des lois régissant l’acupuncture montre, avec beaucoup d’évidence, que nous sommes tous dépendants de notre environnement, car notre corps tente de s’adapter constamment aux variations de chaleur, de froid, d’humidité et de sécheresse, de pression et de dépression.
Cette observation conduit d’ailleurs les praticiens de l’éner­gétique à considérer l’acupuncture comme une médecine cosmique.

Quant au cycle lunaire lui-même, il est communément admis aujourd’hui qu’il exerce une action sur les marées, la germination des plantes, sur notre psychisme et notre humeur. Et l’astrologie tente de situer notre évolution personnelle en analysant l’interférence des cycles des différentes planètes de notre système solaire, en relation avec le lieu et la date de notre naissance.

Aujourd’hui, la médecine elle-même s’intéresse très sérieusement à la notion de rythmes et de cycles ; ainsi les cycles biologiques de 7 années sont-ils pris en considération par certaines facultés de médecine et quelques revues médicales font part de l’intérêt -pour le malade- de prendre les médicaments à certaines heures bien précises : une dose beaucoup plus faible que la dose naturelle permettra d’obtenir le même résultat, si elle est prise au moment opportun.

Quant à la notion de biorythmes, elle a été suffisamment répandue pour qu’il soit inutile d’insister sur les conséquences bénéfiques de cette connaissance qui permet de prendre des précautions par rapport - notamment - aux jours « critiques » de nos différents cycles (physique - sensibilité émotionnelle - intellectuel).

Mais la notion de cycle s’applique également à la connaissance et au développement de l’être humain au niveau psychique : Freud a eu, à cet égard, le mérite de mettre en évidence, dans la relation de l’enfant à sa mère, à son père, tout un processus d’évolution qui fait passer l’enfant du stade du nourrisson dépendant à celui de l’adulte autonome.
Qu’un traumatisme affectif suffisamment fort et répété intervienne à un moment donné du déroulement d’un stade et l’enfant restera marqué dans son évolution et dans sa manière d’appréhender ses relations avec son environnement et les événements de la vie. Il prendra des dispositions pour « s’adapter » et faire face, par le truchement des mécanismes de défense.

Depuis Freud, des chercheurs intéressés par l’étude de ces stades ont apporté à la compréhension de notre comportement des éclairages nouveaux et bénéfiques. C’est ainsi que les spécialistes de l’Analyse Transactionnelle ont mis en évidence l’importance du scénario de vie et des bioscénarios. (Voir article de A. Burgevin, Héliades n° 23, juillet 86).

Si certaines décisions de survie apparaissent au niveau du comportement et s’inscrivent également dans le schéma corporel, il apparaît également que le langage n’est pas neutre, mais bien au contraire, révélateur précis de nos besoins psychologiques dans les différentes situations de notre vie.

Or, la connaissance de ces besoins s’affine de plus en plus et elle devrait permettre à chacun d’atteindre cet indispensable épanouissement que Maslow considère comme aussi nécessaire que l’oxygène.
Contribuer à cet épanouissement n’incite certainement pas au développement du narcissisme ni de l’égoïsme, car elle suppose de la part du praticien du bonheur, une telle disponibilité à l’autre, une finesse de perception et d’esprit, alliée à un amour infini, donc des aptitudes si profondes qu’elles ne peuvent favoriser le développement de l’Ego.

Ne nous y trompons pas : les plus belles oeuvres artistiques n’engendreront jamais autant de plaisir et de joie que celles que procurent les vibrations harmonieuses créées par la relation sensible de cette mise en croissance. Le Créatif et l’enseignant en Biosynergie s’enrichissent de leurs potentialités réciproques et de leurs différences.

L’étude concrète des rythmes et des cycles conduit à connaître « l’Univers et les Dieux » et à se connaître.

Elle engendre une communication profonde et authentique. Elle apparaît donc comme une voie d’évolution et une voie vers le bonheur.

Yves ROPARS

L’idée de retour s’inspire du cours de la nature. Le mouvement est cyclique, et le parcours s’accomplit. Par conséquent, il est inutile de vouloir précipiter les choses de manière artificielle. Tout vient en temps voulu. C’est le message que nous livrent le ciel et la terre.
Tous les mouvements s’accomplissent en six étapes et la septième marque le retour. Ainsi, le solstice d’hiver, qui annonce le début du déclin de l’année, a lieu sept mois après le solstice d’été... C’est ainsi que le repos fait place au mouvement.
Le Yi King
Livre des Transformations

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?