Logo de ce site

Accueil > Biosynergie > Héliades > Héliades N°26 > UNE EPOQUE DE CONVERGENCE

Editorial

UNE EPOQUE DE CONVERGENCE

lundi 10 décembre 2012

La parution de ce 26ème numéro d’HELIADES s’associe à un renouveau et une succession d’événements dont l’importance mérite d’être soulignée.

Le renouveau, c’est celui de la présentation de la revue et notamment de la couverture ; la première a terminé son cycle de 6 années, dès lors, le changement s’imposait de lui-même pour conduire à une présentation plus adaptée au style d’aujourd’hui.

L’événement d’importance duquel découlent plusieurs autres, c’est la parution dans ce numéro d’HELIADES, d’un article concernant LACAN « D’un qui se veut comme un miroir », que nous devons à notre excellent ami Yves Donois, qui a suivi la formation de biosynergiste.

Nous ne saurions trop le remercier d’avoir bien voulu rédiger ce texte particulièrement précieux et absolument exceptionnel, dont l’équivalent en librairie n’existe pas.

Cependant, l’auteur de l’article précise que son intention n’est pas de faire connaître LACAN exactement, mais de faire réfléchir sur LACAN.

A quoi bon, direz-vous, réfléchir sur LACAN dont on a évoqué fort souvent la difficulté à comprendre le langage ?

Plusieurs lectures attentives de l’article vous apporteront sans doute matière à réflexion et nous nous en réjouissons à l’avance.

Par ailleurs, il apparaît dans les apports de LACAN une convergence particulière qui devrait intéresser au plus haut point les praticiens de la Biosynergie.

Dès l’origine, la Biosynergie a été présentée comme une démarche intégrative dans laquelle se trouvent associés des éléments essentiels du Hatha-Yoga, du Yoga de l’Energie en relation avec l’énergétique chinoise et les principes de l’acupuncture ainsi qu’avec les apports de la relaxation, de la méthode Vittoz et de la psychologie appliquée.

Or, au cours de ces dernières années, le Docteur Yves Réquena a établi des convergences entre les bases de la caractérologie et les bases de l’énergétique en acupuncture (1).
Par ailleurs, un disciple de Lacan (2), certifié en Analyse Transactionnelle (AT) au niveau international, et informaticien au CNRS, a mis au point une méthode qui établit des corrélations entre les besoins psychologiques, le langage et l’énergétique.
Cette méthode - les 2L - expérimentée et validée depuis une dizaine d’années, trouve des applications dans de nombreux domaines comme le champ clinique, celui de l’organisation des groupes, des entreprises et dans l’enseignement.

L’intérêt majeur de cette méthode consiste à établir plus précisément une relation entre la notion d’émotion et de langage, ce qui permet à un praticien averti, à travers le langage entendu et le comportement observé, d’apporter les réponses les plus appropriées pour faire cesser le stress et éviter l’escalade négative des jeux (au sens de l’AT).

Cette méthode apporte beaucoup de précisions à la valorisation et aux signes de reconnaissance mis en évidence par les fondateurs de l’AT ; et, en ce sens, elle représente un outil précieux à ceux qui pratiquent la gestion du stress.

A titre d’exemple, parmi les applications immédiates, citons le cas de la colère.
Face à une personne soumise à cette émotion, le praticien « 2L » recommande :
- de laisser se vider complètement l’énergie de la colère, sans intervenir, car la moindre intervention verbale servirait de support au renforcement de l’émotion.
- de reconnaître d’une manière authentique que l’interlocuteur a raison - de son point de vue -
- de reconnaître également sa valeur, notamment par rapport à ses réalisations personnelles.

Car la colère est le plus fréquemment la manifestation de l’émotion de personnes qui ont besoin de valeur et de considération, avant tout autre besoin. Ce bref aperçu du rôle du langage dans le traite­ment du stress, devrait permettre de comprendre à quel point il est bon de s’intéresser à LACAN et à ses apports.

Déjà, à plus d’un titre, les biosynergistes qui ont accepté de répondre au questionnaire P2L ont obtenu des informations assez précises par rapport à la connaissance de leurs besoins psychologiques et sur la manière de les nourrir.
Puisque la Biosynergie se présente comme une méthode évolutive, nous souhaitons aller plus avant.

Yves Donois et les signataires des articles parus dans ce numéro, ont manifesté leur grand désir de recevoir de nombreuses questions de votre part, afin que s’engage entre tous un dialogue fructueux.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à ces études, bénéfiques certes au plan professionnel, mais plus encore au plan personnel. Y participer rend service à tous en dégageant de plus en plus de convergences entre des domaines de la connaissance apparemment très cloisonnés.

Yves ROPARS

(1) « Acupuncture et Psychologie )} Dr Yves Requena, éd. Maloine, nov. 82.
(2) Meyer IFRAH, fondateur de l’organisme DHDO : Développement des Hommes et des Organisations.

Messages