Logo de ce site

Accueil > Relaxation > Visualisation 1

L’amour, la médecine et les miracles

Visualisation 1

lundi 14 octobre 2002

Prenez une position confortable. Évitez de croiser les jambes ou les mains. Commencez par prendre conscience de votre respiration, du mouvement de votre poitrine et de votre ventre quand vous respirez profondément. Répétez un mot comme « paix » ou « détente » avec chaque expiration si cela peut vous aider. Sentez la paix vous envahir et la tension vous quitter à chaque respiration. La musique, la voix et les bruits de la pièce vous aideront aussi a vous détendre. Quand vous êtes prêt, ouvrez grands les yeux, puis refermez-les doucement. Vous pouvez aussi méditer les yeux ouverts. Effacez le tableau de votre mental et sentez-vous de l’intérieur. Vous pouvez aussi imaginer qu une vague de paix descend en vous, dénouant toutes vos tensions sur son passage les mâchoires, la nuque et les épaules puis la poitrine et l’abdomen, avant d’atteindre vos extrémités. Votre corps vous parait lourd et chaud - vous ressentez peut-être des picotements. Donnez une couleur à cette vague et laissez-la vous apaiser. /Pause/
Maintenant, avec les yeux de l’esprit, représentez-vous un décor agréable. Ce sera votre petit coin d’univers à vous, votre jardin secret au milieu du néant. Mettez-y toutes les couleurs, les matières, les senteurs et les sonorités que vous avez envie d’y trouver. Vous vous y sentez parfaitement bien et en sécurité. C’est chez vous. Prenez le temps de choisir l’endroit où vous allez vous asseoir ou vous allonger. S’il y a une maladie en vous, j’aimerais que vous voyiez votre traitement et votre système immunitaire en train d’éliminer la maladie de votre corps. S’il n’y a pas de maladie en vous, voyez simplement la vigueur de votre organisme. Voyez votre santé retrouvée et voyez la personne que vous voulez devenir. Prenez le temps de vous sentir bien. /Longue pause/
Quand vous aurez terminé cette phase d’auto-guérison, je veux que vous suiviez à nouveau ma voix et que vous construisiez un pont entre votre coin d’univers et le mien. De part et d’autre du pont, un sentier. Regardez le pont que vous avez construit et voyez comment il est fait. Ensuite, prenez le sentier. Il est couvert de petit gravier dont vous sentez la douceur sous vos pieds. Le soleil brille à travers le feuillage des arbres. Prenez le sentier avec moi. S’il se divise, prenez à droite. Chaque fois que vous devrez tourner, tournez à droite.
Devant vous, vous voyez cinq marches. A chaque marche que vous descendrez, vous vous sentirez plus détendu, plus calme. Puis vous verrez devant vous, à droite, un magnifique jardin. Entrez dans ce jardin. Humez toutes ses odeurs, touchez un pétale de fleur par-ci, par-là. Voyez la beauté. Vous entendez peut-être un oiseau ou un petit animal. Cueillez une fleur et observez sa singularité, sa beauté. Voyez comme elle ressemble à votre singularité, à votre beauté. /Pause/
J’aimerais ensuite que vous vous imaginiez devenu graine. Je vais vous planter dans un terreau meuble et tiède, à quelques centimètres de profondeur. Vous sentez l’humidité de la terre et la chaleur du soleil sur vous. Je veux maintenant que vous poussiez et que vous vous épanouissiez. Sortez de la graine et voyez-vous monter, grandir, pousser, un bourgeon, une fleur. Vous vous épanouissez. Regardez. /Longue pause/
Quand vous êtes devenu cette belle fleur, trouvez en vous un endroit où la garder. Elle fait partie de vous, maintenant.
Ensuite, j’aimerais que vous me suiviez à nouveau sur le sentier. Devant vous, un énorme ballon captif aux couleurs d’arc-en-ciel, avec sa nacelle. Je veux que vous montiez dans la nacelle et que vous détachiez le ballon. Il n’y a rien à craindre c’est sans danger. Il va s’élever doucement, passer à travers les nuages, croiser des oiseaux. Tous les sons que vous entendez vous détendent, vous apaisent. /Pause/
Vous vous élevez encore, jusqu’à pouvoir contempler la Terre, la planète Terre flottant dans l’espace. A cette vision, un sentiment de paix vous envahit. Vous trouvez dans la nacelle un carnet et un stylo, et vous y notez tout ce qui vous préoccupe, vos chagrins, vos soucis, vos conflits. /Pause/
Puis vous prenez ce papier, vous le chiffonnez et vous le jetez par-dessus bord. Appréciez la sensation de légèreté, d’aisance qui est la vôtre depuis que vous vous êtes débarrassé de vos problèmes. Prenez un moment pour profiter pleinement de cette liberté. Vous flottez, paisible, libéré de tout souci, léger. /Longue pause/
Ensuite, vous pouvez recommencer à entendre ma voix et amorcer votre descente. Vous perdez lentement de l’altitude, vous vous rapprochez de la Terre et vous vous posez à votre point de départ. Faites attention en descendant de la nacelle, vous êtes complètement détendu. Maintenant, je voudrais que vous vous allongiez dans une prairie, au bord du sentier. Emplissez votre corps d’amour avec chaque inspiration. Ouvrez chacune de vos cellules et insufflez-leur de l’amour. /Pause/
Sortez de votre corps, éloignez-vous un peu et regardez-vous. Donnez-vous tout l’amour, toute la tendresse que vous méritez. Puis, revenez en vous-même. Ecoutez votre corps - circulez parmi vos organes et écoutez chacun d’eux. Que vous dit-il ? Quelle musique fait-il ? Êtes-vous en harmonie ? Si certaines parties de votre corps ne sont pas en harmonie, donnez-leur un supplément d’amour. Ouvrez toutes vos cellules à l’amour. Voyez Si vous pouvez créer en vous l’harmonie qui peut vous guérir. Si vous découvrez des points douloureux, des endroits auxquels vous ne prêtez jamais attention, donnez-leur une mesure supplémentaire d’amour. /Longue pause/ Laissez maintenant votre corps reprendre progressivement conscience de lui-même. Remarquez dans quelle position vous êtes, sentez la pression de la chaise ou du lit, le mouvement de votre poitrine pendant que vous respirez. Cette conscience va peu à peu s’étendre à la pièce où vous êtes. Remuez peut-être les doigts et les orteils.
Puis, quand ma voix s’arrêtera, comptez sept à dix respirations, sentez-vous plus léger, plus éveillé, plus alerte à chaque inspiration, tout en restant très calme. Après la dernière expiration, ouvrez les yeux et revenez dans la pièce dès que vous serez prêt. Commencez maintenant.


Visualisation extraite de :
L’amour, la médecine et les miracles,
Bernie SIEGEL
Editions Robert Laffont