Logo de ce site

Accueil > Réflexologie > REFLEXOLOGIE PLANTAIRE : MASSAGE DES PIEDS OU OUTIL THERAPEUTIQUE (...)

Ecole de Réflexologie de Toulouse

REFLEXOLOGIE PLANTAIRE : MASSAGE DES PIEDS OU OUTIL THERAPEUTIQUE ?

vendredi 16 mai 2003

Si la réflexologie plantaire entre à grande vitesse dans les moeurs françaises, on est encore très loin de nos voisins danois dont plus de 30 % de la population utilise cette thérapie de façon régulière et pour qui le recours aux services d’un réflexologue en entreprise fait preuve de bonne gestion du personnel !

En France, elle entre tantôt bien, avec la création, en 1998, de la Fédération française des Réflexologues, tantôt moins bien avec la diffusion de dépliants commerciaux multicolores vantant le soulagement ponctuel d’hémorroïdes, d’insomnie ou autres maux à la mode … ! La vérité est que la réflexologie « marche » pour TOUS les problèmes d’ordre fonctionnel, mais l’action réalisée dépendra du toucher et des capacités propres du réflexologue.

Comment cela marche-t-il ?

La Réflexologie utilise la présence de zones réflexes à la surface du corps (ici, du pied) pour agir directement, à distance, sur chaque partie du corps humain (organe, viscère, squelette). Les points réflexes sont en liaison directe avec l’organe (via le système nerveux). Le réflexologue vérifie la connexion des voies réflexes et tente de rétablir celles qui auraient pu être perturbées.

Le pied : un outil naturel thérapeutique fabuleux
Le pied est une zone holographique privilégiée de par sa forte innervation et sa position au bout du corps. Le travail sur certains points réflexes du pied est d’une telle précision que même certains médecins l’utilisent comme outil de diagnostic d’un trouble quelconque !
Si le massage à l’huile des pieds peut apporter simple détente, caresse ou sensualité, le réflexologue, lui, a un autre rôle à jouer : gestes précis pour une plus grande efficacité, levée des blocages, relance et nettoyage des systèmes, action sur le physique, l’émotionnel et l’énergétique.

La profession a évolué
Depuis quelques années, des réflexologues de haut niveau travaillent dans des centres hospitaliers, et des chercheurs (surtout ostéopathes) découvrent de nouvelles correspondances réflexes. Le travail sur le rachis, jadis si important pour Madame Ingham, a maintenant été complété par l’équilibrage du système nerveux végétatif, la relance du MRP, la visualisation en trois dimensions des zones réflexes du pied ou l’énergétique liée aux réflexes des glandes endocrines. Il est donc important que le réflexologue suive l’évolution de cette science par une information et remise à niveau régulières. Certaines écoles sérieuses dispensent cet enseignement.

La Fédération Française des Réflexologues, créée en 1998, regroupe les professionnels installés (méfions-nous des « amateurs ») et est un lieu de perfectionnement et d’échanges (www.medecines-douces.com/reflexo).
Pour conclure, je dirais qu’on est très loin de la situation au Danemark où une centaine de réflexologues sont employés en entreprise, mais on y arrive lentement. En effet, ce n’est pas un hasard si cette « médecine douce » connaît un succès croissant auprès de l’univers médical, du monde de l’entreprise, mais aussi comme premier soin en famille !

Avec la grande vague de pensées de soins holistiques et de causes psychosomatiques des maladies, je suis convaincue que, tout en continuant à normaliser les systèmes du corps et à détendre son patient, le réflexologue sera de plus en plus amené à faire un travail plus profond et plus adapté d’écoute, de décodage des maladies et de relance de la confiance du patient en son propre corps.