Logo de ce site

Accueil > Pour vous servir... > LE MANIFESTE PSY

LE MANIFESTE PSY

samedi 22 novembre 2003

Paris, le 15 novembre 2003

Nous, les psys, qui traitons « la demande qui part de la voix du souffrant, d’un qui souffre de son corps ou de sa pensée » (citation de Lacan) ;

Nous, professionnels de l’ensemble des modes d’exercice de la psychanalyse, de la psychologie clinique, des psychothérapies, et de la psychiatrie publique et privée, réunis en forum à Paris ce 15 novembre 2003, déclarons ce qui suit :

Le 2 octobre dernier, le Ministère de la Santé a annoncé dans un communiqué officiel « l’élaboration d’un plan global sur la Santé Mentale » sur la base du « plan d’actions » Cléry-Melin, précédée d’une concertation dite « élargie » associant « les professionnels et les représentants de l’ensemble des modes d’exercice de la psychiatrie (publique et privée), ainsi que les associations des malades et de leur famille ». Ce qui veut dire en clair qu’on entend exclure de toute concertation les professionnels et les représentants de l’ensemble des modes d’exercice de la psychanalyse, de la psychologie clinique, et des psychothérapies.

Le 8 octobre, l’Assemblée nationale, gauche et droite confondues, a voté à l’unanimité l’amendement 336, troisième modification, du Code de la santé publique, dit « amendement Accoyer », et ce, sans l’ouverture préalable d’un débat public, sans auditions des professionnels concernés, et sans être elle-même informée de données essentielles, dont le rôle que le Ministre chargé de la Santé entendait faire jouer au « plan d’actions » Cléry-Melin. Ce vote constitue en lui-même une « pathologie de la démocratie ».

Le Communiqué et l’amendement sont les deux faces d’un même projet dont la réalisation mettrait en coupe réglée la santé mentale en France au bénéfice des cliniques privées, et mettrait au pas la psychanalyse et les psychothérapies au bénéfice des laboratoires pharmaceutiques : nos professions sont en effet les principaux obstacles empêchant le triomphe total des psychotropes, dont les Français sont d’ores et déjà les premiers consommateurs dans le monde.

En conséquence de quoi :

1. - Nous demandons la suppression pure et simple du Communiqué du 2 octobre dernier.

2. - Nous demandons respectueusement aux Sénateurs de procéder aux auditions des représentants qualifiés de nos professions, puis de geler le vote de l’amendement Accoyer, dans l’attente de la proposition du « Forum des psys », en cours d’élaboration.

3. - Nous prions le Ministre de la Santé, M. Mattéi, le Ministre de la Culture, M. Aillagon, et le Secrétaire d’État aux professions libérales, M. Dutreil, de recevoir la délégation dite du « Forum des Psys », qui leur exposera les enjeux de la présente affaire et les raisons de l’émotion populaire et médiatique : enjeux de santé publique, enjeux de civilisation, enjeux professionnels.

4. - Nous suggérons à Alain Juppé qu’il ne serait pas inopportun que le président de l’UMP songe à prendre position sans trop tarder sur les initiatives mal orientées du député UMP de Haute-Savoie, M. Accoyer, qui défrayent fâcheusement la chronique.

5. - Nous souhaitons la constitution d’un groupe de travail, comprenant, avec la délégation du « _Forum des psys_ », des représentants des deux Chambres et ceux de l’ensemble des professionnels intéressés au « psy », depuis les psychiatres jusqu’aux travailleurs sociaux et infirmiers, sans oublier les associations des malades et usagers.

Nous nous considérons comme mobilisés jusqu’à la suppression du Communiqué Mattéi et au gel de l’amendement Accoyer.

Adresser les signatures à : ORNICAR ?- FORUMPSY 9, rue Duguay-Trouin, 75006 Paris, ou sur le site :

www.forumpsy.org

Texte rédigé par Jacques-Alain Miller

Signez le manifeste


Les médecins et psychologues s’autoproclament psychothérapeutes !!!
Vous connaissez la paille et la poutre ?

Informez-vous ! C’est maintenant !!!

Dépassez la révolte suscitée par le vote d’une loi sans avoir même pris l’avis des principaux concernés, les personnes bénéficiant de psychothérapies et les syndicats et organisations professionnelles de psychothérapeutes... Sommes-nous encore en démocratie ?

Refusez cette logique absurde qui veut faire porter la responsabilité de la consommation de psychotropes et tranquillisants aux psychothérapeutes alors qu’avec les psychanalystes, ils sont la principale profession à oeuvrer pour proposer des alternatives sérieuses...

Votre vie est trop importante pour la laisser dans les seules mains de ceux et celles qui pensent savoir mieux que vous !

http://ressources-formation.com/loipsy.html

http://ressources-formation.com/petitionpsy.htm

http://psychostages.org/forum