Logo de ce site

Accueil > Pour vous servir... > Echos du Forum du 15 novembre

Echos du Forum du 15 novembre

samedi 22 novembre 2003

Le premier Forum des Psys s’est tenu à Paris au centre de Conférence Méridien Montparnasse le Samedi 15 novembre 2003 de 14h à 19h non stop, Autour de l’amendement Accoyer et du rapport Cléry-Melin

Ce Forum était une initiative d’Ornicar ? revue du Champ freudien dirigée par Jacques-Alain Miller
Il représente une étape importante de mobilisation pour la suppression du Communiqué Mattéi et du gel de l’amendement Accoyer
Le "manifeste psy" a été à cette occasion signé par plus des 900 participants présents.

La création du MOUVEMENT DU 15 NOVEMBRE y a été lancée.

Forum des psys : La réunion du 15 novembre

Plus de neuf cent personnes ont répondu à l’appel du « Forum des psys » samedi 15 octobre à Paris, pour participer à l’après-midi organisée par la revue « Ornicar ? ». Chacun souhaitait manifester son refus de l’amendement Accoyer et du « plan d’actions » Cléry-Melin, qui visent à mettre au pas la psychanalyse et les psychothérapies en les faisant dépendre du pouvoir discrétionnaire de la psychiatrie et de la médecine. Cette après-midi avait aussi pour but le travail et la concertation avec l’ensemble des présents.

Jacques-Alain Miller a présenté l’historique du sujet et le « Manifeste psy », rédigé par lui le matin même, qui demande le gel de l’amendement Accoyer, et prie les autorités de recevoir une délégation du « Forum des psy ».

Le manifeste propose aussi la constitution d’un groupe de travail regroupant les représentants de l’état et tous ceux qui sont concernés, professionnels et usagers.

Chacun peut signer le manifeste en s’adressant à ORNICAR ?-FORUMPSY 9 rue Duguay-Trouin, 75006 Paris.

Yves Charles Zarka, philosophe et rédacteur de la revue « Cités » a souligné le dysfonctionnement actuel de la démocratie, le « despotisme démocratique », qui a permis que des décisions préjudiciables à la santé publique soient prises sans aucun débat public.

L’expertise anonyme et « l’évaluation généralisée » d’une minorité oeuvrant pour un état stratège se substituent ainsi à la discussion et à la décision vraiment démocratique pour mettre en place un « arbitraire légal ». Viviane Kovess qui a participé à la rédaction du rapport a souligné qu’on ne pouvait « retirer qui que ce soit du débat », promesse qui devra être tenue !

Elisabeth Roudinesco a dénoncé « les invasions barbares » du scientisme et de l’expertise et montré le danger de la thèse laissant croire que ces décisions ne concernent pas les psychanalystes. Eric Laurent a montré que nous sommes dans un monde ou règne la norme et non la loi et que les psychanalystes ont un « devoir d’ingérence ».

Les psychothérapeutes présents ont souligné comment les pouvoirs publics avaient refusé de les entendre.

Selon l’expression de Jacques-Alain Miller, il y avait, ce quinze novembre, une « compression de l’objet a » qui commençait à se former sous la pression de ceux qui veulent l’ignorer. Elle allait constituer un « noyau dur », pour se mettre en travers de l’entreprise, unique en Europe, qui vise à faire de la psychothérapie la chose de quelques médecins psychiatres érigés en expert autoproclamés. Les psychanalystes doivent alerter la société sur le danger d’une société d’évaluation mutuelle et généralisée qui se substituerait à la responsabilité politique éthique et citoyenne.

Freud en 1926, défendant le « charlatan » Reik, écrivait dans « Die Frage der Laienanalyse » que : « En admettant que beaucoup d’hommes abandonnés à eux-mêmes s’exposent aux dangers et en pâtissent, l’autorité ne ferait-elle pas mieux de délimiter soigneusement les domaines dont on doit considérer l’accès comme interdit, et pour le reste d’abandonner les humains, autant que possible, aux leçons qu’ils tirent de leur propre expérience et de l’influence qu’ils exercent les uns sur les autres. »

Beaucoup d’autres intervenants (F Amorim, H Castanet, D Holvoet, JP Klotz, C Lazarus-Matet, F Leguil, L Mahjoub, JC Maleval, G Miller, J Sédat, H Wachsberger) ont pris la parole, les discussions ont été très animées, l’émotion, l’humour et le rire souvent présents ; chacun pouvait sentir qu’un combat plus large s‘annonçait ce samedi 15 novembre 2003 contre les formes nouvelles et « évaluatives » du malaise dans la civilisation.

(From Philippe La Sagna)


Voir en ligne : S’informer et agir contre l’amendement Acoyer qui prétend enfermer la psychothérapie dans le champ de la médecine et de la psychiatrie